Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : l'écriture ?
  • l'écriture ?
  • : de l'écriture ?
  • Contact
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 19:01

Une coulée rouge lui barre le visage et envahit peu à peu l’intégralité de sa face. Ouvre-t-il les yeux ? Renifle-t-il les odeurs de la rue pour qu’enfin ses visages se réunissent ? La faille s’ouvre de plus en plus et laisse apparaître l’intérieur de son corps. Nous y voyons une phrase qui se pense, alors qu’autour les discussions battent leur plein. Il s’apprête à prendre la parole, à s’engager sur le terrain de la parole. Son regard est maintenant enlisé dans le rouge, le rouge de son propre corps.

« Agrégat de chairs protéiforme saigneux »

Il pousse sa langue jusqu’aux lèvres fermées en cherchant la sortie. Dehors, l’explosion couvre des éclats sonores qui tendent à devenir plus bruyants. L’ensemble de son être se retrouve coincé entre la langue et la fermeture de sa bouche. Le monde extérieur essaye de devenir plus immatériel. Les gens rejoignent des paroles écornées et des mots ardents à s’échanger entre soi… Lui, prend la forme ultime d’un corps à la peau retournée. Sa bouche reste fermée : le mécanisme de son cerveau ne réussit plus cette action. L’automatisme est définitivement noyé, isolé par la masse informe de ce reste du monde qui se loge, comme une balle, dans les recoins de son crâne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Adrien - dans Corps